Sélectionné pour vous :  Labé : un bâtiment et son contenu ravagés par un incendie d'origine électrique au quartier Daka1

Fonctionnement de l’Agence nationale de lutte contre la corruption : « L’institution a beaucoup souffert de l’ingérence politique par le passé » (Secrétaire exécutif)

En prélude à la célébration de la journée africaine de lutte contre la corruption le 11 juillet, le secrétaire exécutif de l’Agence nationale de lutte contre la corruption et de promotion de la bonne gouvernance s’est exprimé sur les activités que son institution mène sur le terrain pour lutter contre la corruption.

A cette occasion, Saïkou Amadou Diallo n’a pas manqué de jeter un regard rétrospectif sur le fonctionnement de cette Institution dans les années antérieures. A l’en croire, l’Agence nationale de lutte contre la corruption a subi une forte ingérence politique du régime précédent.

« L’Institution a beaucoup souffert de l’ingérence politique par le passé. Ce qui a impacté négativement les relations entre les partenaires et l’Institution. Maintenant, je peux vous rassurer que de nos jours, tous ces partenaires ont un autre regard avec l’Institution. On est en train de travailler sur un projet de coopération avec le PNUD, on a l’Union africaine, on a l’Agence française de développement qui nous accompagnent aussi, l’Ambassade de France nous a donné trois programmes de formation où il y a des cadres de l’Institution qui sont allés jusqu’à Paris pour faire la formation et ils sont prêts à nous accompagner avec leurs experts en place pour former les cadres. Donc, il y a un nouveau regard envers l’institution parce que la lutte contre la corruption et surtout la promotion de la bonne gouvernance est au cœur des échanges avec les partenaires techniques et financiers bilatéraux ou multilatéraux », a-t-il laissé entendre samedi dernier chez nos confrères de la radio nationale.

Pour le secrétaire exécutif de l’Agence nationale de lutte contre la corruption et de promotion de la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption est une responsabilité collective de tout un chacun. Et la meilleure manière de lutter contre la corruption, dit-il, est la promotion de la bonne gouvernance, de l’intégrité et de l’éthique.

Sélectionné pour vous :  Guinée/Justice : environ soixante huissiers de justice interdits d'exercer pour non paiement des cotisations annuelles (copie)

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...