Sélectionné pour vous :  Kindia : les cours impactés dans plusieurs écoles à cause de l'absence des enseignants contractuels qui observent une grève 

Vol d’un coffre-fort : Dame Fanta Kamano et son fils condamnés à de lourdes peines

La Cour de Répression des Infractions Économiques et Financières (CRIEF), à travers sa chambre des appels, a rendu sa décision ce mardi, 30 mai 2023, dans l’affaire ministère public et le Groupement ECC-Guinee représenté par sieur Édouard Koundouno contre Dame Fanta Kamano et son fils, Tamba Soye Kamano. Jusque-là poursuivis pour vol d’un coffre-fort contenant 1 460 880 euros et 1 360 000 dollars et abus de confiance, les prévenus ont été condamnés à de lourdes peines par cette juridiction de dernier ressort.

D’entrée, la Cour statuant publiquement par arrêt contradictoire à l’égard de Dame Fanta Kamano par défaut vis-à-vis de Tamba Kamano en matière correctionnelle et en dernier ressort, après en avoir délibéré à la forme, a déclaré respectivement les appels interjetés par le groupement ECC Guinée représenté par M. Eduard Koundouno et le ministre public recevables. Au fond, infirme partiellement le jugement n° 09 du 12 décembre 2022, rendu par la chambre de jugement de cette Cour. Statuant à nouveau sur l’action publique, requalifie les faits initialement qualifiés de vol et d’abus de confiance reprochés à Tamba Komano, en complicité d’abus de confiance, renvoie la prévenue Fanta Kamano des fins de poursuite du délit de vol. Constate le dépôt du coffre-fort et son contenu appartenant au groupement ECC au domicile de Fanta Kamano à Tombolia sur sa demande. Constatant l’inobservation des obligations qu’incombent à Fanta Kamano en qualité de dépositaire dudit coffre-fort, la Cour la déclare coupable des faits d’abus de confiance portant sur les sommes de 1 360 000 mille dollars, 1 460 480 euros. Pour la répression, la condamne à un an d’emprisonnement et à deux millions de francs guinéens d’amande.

Par ailleurs, la Cour déclare Tamba Kamano, fils de Dame Fanta Kamano, coupable de délit d’abus de confiance portant sur les sommes 1 360 000 dollars et 1 460 480 euros. Pour la répression, le condamne à 5 ans d’emprisonnement et 25 millions d’amande.

Sélectionné pour vous :  Conakry : Le maire de Matam lance l'opération de restauration du couvert végétal de sa commune

Sur l’action civile, la Cour reçoit la constitution de la partie civile représentée par Eduard Koundouno, constate la restitution des sommes de 723 000 euros, 200 000 mille dollars par Tamba Kamano à la partie civile. En conséquence, condamne solidairement Fanta Kamano et Tamba Soye Kamano à payer au groupement ECC Guinée les sommes de 1 160 000 dollars et 737 030 euros à titre principal, et 3 milliards de francs guinéens à titre dommages et intérêts, déboute la partie civile de ses prétentions, met les frais et dépenses à la charge de Fanta Kamano et de Tamba Kamano.

Une décision qui réjouit un des avocats de la partie civile. Selon Maître Moussa Diallo, la Cour n’a fait dire le Droit.

« Je suis content pour mon client qui, par cette décision-là, vient d’être rétabli dans ses droits. Si vous avez souvenance, lors d’un entretien qu’on a eu au sortir d’une audience, je vous ai fait comprendre que pour nous, la culpabilité de Dame Fanta Kamano était claire. Aujourd’hui voir la chambre des appels de la CRIEF infirmer le jugement qui l’avait mise hors cause pour la retenir dans les liens de la culpabilité, pour nous ce n’est que justice », se réjouit l’avocat.

De l’autre côté, les avocats de la défense ont snobé des journalistes après la condamnation de leurs clients. Malgré nos multiples tentatives, maître Gabriel Kamano et ses confrères sont restés dans leur silence de cathédrale.

A l’audience, il faut le rappeler, la Cour a décerné un mandat d’arrêt contre Dame Fanta Kamano, qui a été de facto conduite à la maison d’arrêt de Conakry, où elle passera sa première nuit ce mardi.

 

Bah Mohamed pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...