Sélectionné pour vous :  Siguiri: un jeune orpailleur de 26 ans se donne la mort par pendaison, à Mankinty

PLFI 2024 : Le budget de la Primature passe de plus de 110 milliards à près de 137 milliards, soit une augmentation de 25%

Dans le cadre de l’examen du Projet de loi de finances initiale 2024, une équipe composée des cadres de la Primature à la tête le Directeur de cabinet du Premier ministre, a été reçue par la Commission du Plan, des affaires financières et du contrôle budgétaire du Conseil National de la Transition (CNT). Objectif, défendre le budget de l’institution pour l’année 2024. C’était en présence des membres de la Commission justice et réconciliation.

Selon la cellule de communication du CNT, « ces cadres ont défendu une enveloppe budgétaire de la Primature rehaussée de 25% par rapport à la Loi de finances rectificative 2023. Soit un montant de 136 milliards 901 millions 118 mille francs guinéens contre 110 milliards 487 millions 924 mille francs en 2023 ».

Lors de leurs échanges, apprend-on, les membres de ces deux Commissions ont passé au peigne fin les différentes préoccupations liées à cette institution.

« De la rénovation du siège de la Primature à l’opérationnalisation du service d’alerte précoce, un projet national à vocation régionale, en passant par les mesures urgentes envisagées pour juguler la crise née de l’incendie du principal dépôt d’hydrocarbures de Kaloum dans la nuit du 17 au 18 décembre, de la situation institutionnelle des EPA qui ne paient pas de dividende à l’État, la baisse des subventions de l’EDG, la souffrance des accords de crédits ratifiés, l’achat des produits antirétroviraux, toutes ces questions et bien d’autres, soit plus d’une vingtaine au total, ont été soulevées et abordées pendant les débats ».

Aux dires de la cellule de communication du CNT, d’autres préoccupations comme l’absence d’une ligne budgétaire destinée à la réconciliation nationale ont fait l’objet de fortes recommandations de la part des Conseillers nationaux qui ont également attiré l’attention de cette institution sur la nécessité de mettre un accent sur la prise en compte des couches vulnérables dans les politiques de développement de l’État.

Sélectionné pour vous :  Levée de 5 000 milliards pour financer les infrastructures en Guinée : « Ca permet de créer les conditions de l’émergence du pays », selon un économiste

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...