Sélectionné pour vous :  Équipements de laboratoires pour les CPGE de Dalaba : la ministre Diaka Sidibé signe une convention de partenariat à Paris

Boké: agacés par les sachets plastiques qui jonchent les rues de la ville, des citoyens interpellent les autorités communales

L’insalubrité prend de l’ampleur dans la commune urbaine de Boké. De Baralandé en passant par Koulifanya jusqu’à Yambuya, des sachets plastiques envahissent les artères principales de la ville. Entre l’incivisme de certains citoyens et le manque de politique d’assainissement fiable notamment des poubelles, la prolifération de ces déchets plastiques constitue une véritable source de pollution de l’environnement.

Aux abords des routes ou aux alentours des marchés, le constat est alarmant. Des sacs en plastique trainent partout dans la ville minière de Boké. Chacun peut jeter ses sacs nuisibles où il veut sans être inquiété. Une situation qui agace certains citoyens, comme Ibrahima Sylla qui pointe du doigt le manque de poubelle sur la voie publique.

« Je prends l’exemple sur moi, quand j’achète un sachet d’eau après avoir fini de boire je le jette dans la rue parce que la commune n’a pas mis en place une politique d’assainissement. C’est de l’incivisme quand même, mais on n’a pas le choix et c’est un comportement que tout le monde adopte en ville », regrette le jeune Ibrahima Sylla.

Pour lutter contre ces déchets plastiques, Moussa Koumbassa, un autre citoyen rencontré, préconise la transformation. Il estime que cela pourrait aussi créer des emplois.

«Pour mettre fin à ce phénomène dans la ville de Boké, les autorités peuvent associer des PME composées de jeunes pour la collecte et le ramassage des ordures. Deux résultats vont en découler. Le premier va créer de l’emploi et éviter la pollution par des déchets», dit-il.

Le fléau prolifère malgré les nombreuses dénonciations des médias. Pourtant, ces plastiques sont des objets non dégradables, selon Paul Camara, directeur préfectoral de l’environnement et du développement durable.

Sélectionné pour vous :  Kankan : le directeur régional de l'information et de la communication fait le bilan de sa première année de gestion

«Le sol contient des micros organismes et lorsque ces déchets se retrouvent sous le sol, ils empêchent l’eau de descendre en profondeur. Car ce sont des déchets qui ne se dégradent pas facilement. Donc, ça peut faire des années sans se dégrader. Il faut que les gens aient le sens du civisme. Apprenons les bonnes manières pour mieux protéger notre environnement », a-t-il conseillé.

Selon plusieurs observateurs, la municipalité de Boké doit prendre des mesures pour réduire la présence de ces sacs plastiques, en installant des poubelles dans les différentes places publiques. Et sans oublier la sensibilisation des populations afin de limiter leur impact sur l’environnement.

 

Boké, Bailo Bah pour Siaminfos.com.

Laisser une réponse
Share to...