Sélectionné pour vous :  Le mouvement syndical prévoit-il d'aller en grève pour contraindre le gouvernement ? "Pour le moment, aucune grève n'est prévue" (Abdoulaye Camara de l'USTG)

Convocation des journalistes à la HAC : la grosse colère du syndicat des professionnels de la presse de Guinée

Le syndicat des professionnels de la presse de Guinée a une nouvelle fois accompagné des journalistes à la Haute Autorité de Communication mardi, 31 octobre 2023 où ils sont accusés pour des faits de diffamation. Il s’agit de Aboubacar Touré et Imam Dicko, tous de la radio Nostalgie. Malheureusement, une incompréhension est née entre la délégation du syndicat et les commissaires de la HAC censés auditionner les mis en cause. Une situation que regrette le secrétaire général du SPPG.

A en croire Sékou Jamal Pendessa, la HAC serait en train de cautionner le mal qui arrive à la presse ces derniers temps.

« J’étais à la tête d’une délégation du syndicat pour accompagner nos confrères de la radio Nostalgie qui sont convoqués par la HAC. Aboubacar Touré et Iman Dicko de l’émission Zone libre. D’abord, la HAC a envoyé une convocation qui ne respecte aucune forme. Une convocation qui ne mentionne pas les faits pour lesquels vous êtes convoqués. On dit pour diffamation et on ne sait même pas laquelle des émissions est concernée pour leur permettre de préparer leur défense avant de venir. Ils n’ont pas dit qui a porté plainte. Mais par respect pour cette institution, après concertation, on a dit allons reprendre. On est venus. Avant de commencer, ils disent au syndicat de sortir, de laisser les journalistes convoqués. Alors que même au tribunal du travail, quand un employé est convoqué, il a droit à l’accompagnement de son syndicat. La HAC ne peut pas remettre ça en cause. Nous avons décidé ensemble si le syndicat doit sortir, tous les journalistes convoqués vont sortir, qu’ils prennent la décision qui leur semble bonne. Ils sont libres de prendre n’importe quelle décision. Ils ne vont pas les entendre sans le syndicat », martèle Sékou Jamal Pendessa.

Sélectionné pour vous :  Célébration de l’an 65 de l’armée guinéenne : Fodé Baldé fait des propositions pour changer la donne

Dans cette histoire, le secrétaire général du SPPG pointe du doigt la Haute autorité de la communication qui, selon lui, est en complicité avec les détracteurs de la presse.

« Vous avez vu la complicité de la HAC qui est en train de permettre aux autres de se foutre de notre corporation alors que nous sommes une corporation respectée. Par la complicité, la faiblesse de la HAC qui nous jette dans la gueule du loup, nous sommes les mains de ceux là qui veulent tuer la presse. Est-ce qu’on va accepter ça ? Désormais, nous sommes abandonnés, nous n’avons personne pour nous défendre. C’est à nous la nouvelle génération de prendre notre destin en main », lâche le secrétaire général du syndicat des professionnels de la presse de Guinée.

 

Ibrahima CAMARA pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...