Sélectionné pour vous :  Affaire Sékou Jamal Pendessa : ses avocats dénoncent une détention "illégale" et exigent sa libération pure et simple

Évaluation à mi-parcours des membres du gouvernement guinéen : « Le processus est bon et il est indispensable », estime un ancien ministre

Dans le cadre de l’action gouvernementale, le chef de l’Etat guinéen accorde du prix aux résultats significatifs au sein de chaque ministère. C’est dans cette option que la Primature a coordonné l’évaluation à mi-parcours des différents départements. Pour donner un éclat particulier à ce travail, des évaluateurs externes comme l’ancien ministre Ibrahima Sylla, ont été concoctés.

Pour lui, l’initiative relève d’une importance capitale : « Nous sommes au mois de juillet, donc au milieu de l’année. D’après le programme gouvernemental, c’est le moment choisi pour faire une évaluation à mi-parcours des départements ministériels. Le Premier ministre a envoyé une lettre de mission à chacun des ministres et a défini les objectifs généraux à atteindre, les réformes à suivre ainsi que des objectifs spécifiques à chaque département, dans le cadre de la redevabilité et de suivi de ces actions. Cette session était organisée pour faire un peu le point de la situation à mi-parcours. Donc, on fait une évaluation pour savoir exactement qu’est-ce qui s’est passé, qu’est-ce qui a marché et qu’est-ce qui n’a pas marché, et quelles sont les raisons qui ont retardé tel ou tel secteur du processus. Et maintenant, quelles perspectives envisagées pour que l’action gouvernementale prenne encore plus d’envol d’ici la fin de l’année. Il y a une évaluation interne des conseillers de la Primature. Ils ont reçu les documents appropriés et ils ont fait appel à des personnes ressources comme moi. Nous avons aussi un œil de l’extérieur à ajouter à la vision interne de la Primature », a-t-il déclaré avant de poursuivre :

Sélectionné pour vous :  Levée bancaire de 5 mille milliards : « Au lieu d'aller emprunter de l'argent chez votre voisin, diminuez votre dépense » (Kalemodou)

« D’abord, le processus est bon, il est indispensable. Je pense qu’on ne peut pas laisser une administration ou un système évoluer comme ça, il faut lui fixer des objectifs, s’assurer qu’ils sont atteints. C’est donc un bon procédé pour savoir, au niveau de chaque ministère, ce qui se fait exactement et sur la base de quoi. La base a été définie, envoyée à chacun et les contrôles se font tantôt par trimestre surtout à mi-parcours à la fin de semestre. Je pense donc que ça va permettre au Premier ministre de déterminer exactement où est-ce qu’on en ai dans chacun des départements et donc le gouvernement pourra s’apprécier lui-même pour savoir quelles sont les forces et les faiblesses de chaque département », a-t-il laissé entendre.

 

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...