Sélectionné pour vous :  Fabrication de faux documents biométriques : trois (3) individus dont une femme mis aux arrêts

Faranah: les autorités sensibilisent les citoyens sur l’abandon des mutilations génitales féminines 

C’est une initiative du gouvernement guinéen en collaboration avec l’UNICEF à travers le ministère de la Promotion Féminine, de l’Enfance et des Personnes Vulnérables. Après les étapes de Kissidougou et Faranah en 2022, cette année, c’est au tour de Dinguiraye et Dabola d’abriter ces activités de sensibilisation sur les violences faites aux femmes et filles en Guinée.

A la maison des jeunes de Dabola, des petites filles, des mamans et le club des jeunes filles étaient au rendez-vous. A travers des sketchs, elles ont expliqué sur scène les conséquences des mutilations génitales féminines (MGF), la déscolarisation de la jeune fille et le viol. Ce, en se mettant dans la peau des magistrats pour sensibiliser sur les conséquences des MGF.

Cette sensibilisation a d’abord commencé à Dinguiraye avant l’étape de Dabola. Et, l’assistant de l’inspectrice régionale de la Promotion Féminine, de l’Enfance et des Personnes Vulnérables de Faranah, Mamady Mory Nabé, a saisi l’opportunité pour dévoiler l’objectif de cette activité.

« Cette activité s’inscrit dans le cadre de l’amélioration de l’abandon des Mutilations génitales féminines, le mariage d’enfants et autres formes de violences faites aux enfants et aux femmes. Depuis 2018, la Guinée en collaboration avec le Fonds des Nations-Unies pour l’enfance a signé un programme de coopération et ce programme s’inscrit dans le cadre de la matérialisation et l’existence des femmes et des enfants en République de Guinée. C’est un programme qui accompagne l’amélioration des conditions de vie des femmes et des enfants », a-t-il rappelé.

Au nom des autorités de Dabola, N’fa Kaba Touré, secrétaire général chargé des collectivités décentralisées et président du comité préfectoral de protection de l’enfance de Dabola, s’est réjoui de l’organisation de cette activité dans sa préfecture :

« La préfecture de Dabola par ma modeste personne, remercie le gouvernement guinéen, la ministre de la Promotion Féminine, de l’Enfance et des Personnes Vulnérables, ainsi que l’Inspection régionale de ce département basée à Faranah pour avoir organisé cette sensibilisation sur les violences basées sur le genre dans notre préfecture. Aujourd’hui, notre pays occupe malheureusement le 3ème rang dans le monde en ce qui concerne les mutilations génitales féminines et les violences faites aux femmes. Donc, organiser une telle sensibilisation dans notre préfecture, cela nous va droit au coeur. Nous l’avons accueillie avec beaucoup de plaisir et d’espoirs », a-t-il indiqué.

Sélectionné pour vous :  Fabrication de faux documents biométriques : trois (3) individus dont une femme mis aux arrêts

Au nom du club des jeunes filles de la region, Bintou Condé a fait savoir que « ce qu’un parent peut faire, et que ça peut porter atteinte à la vie de sa fille doit être banni. Nous avons vu des femmes qui souffrent des atrocités de l’excision et des Mutilations Génitales Féminines. Nous demandons à nos parents de préserver la vie de nos soeurs qui sont les futures mamans. C’est leur droit et un devoir pour les parents. Nous demandons aux autorites d’appliquer strictement la loi sur les personnes qui pratiquent les mutilations génitales féminines, les mariages d’enfants et autres formes de violences faites aux femmes et aux enfants », a-t-elle lancé.

Nany Condé, participante à cette sensibilisation, a laissé entendre que « ce que je viens d’apprendre m’a beaucoup édifiée. L’excision a de multiples conséquences sur la vie de la femme. Je m’engage à ne plus jamais exciser mes filles. Quand je vois quelqu’un d’autre le faire, je lui prodigue des conseils. Et s’il ne comprend pas, je le dénonce », s’est-elle engagée.

 

Faranah, Fanta Lancinet Keita pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...