Sélectionné pour vous :  Rentrée scolaire à Labé: la préfecture a besoin d'au moins 1000 enseignants pour l'élémentaire et le secondaire (DPE)

Faranah: tenue de la réunion de capitalisation des données sur les cas de violences basées sur le genre

Organisée par l’Inspection Régionale de la Promotion Féminine, de l’Enfance et des Personnes Vulnérables sous financement du budget national du développement, une rencontre des membres du Système de Protection de l’Enfant en Guinée(SYPEG), le Conseil Local pour Enfant et Famille (CLEF ) et des 12 quartiers de la commune urbaine de Faranah a eu lieu ce jeudi 12 octobre dans la bibliothèque Ahmed Sékou Touré.

Selon l’Inspectrice Régionale de la Promotion Féminine, de l’Enfance et des Personnes Vulnérables de Faranah, l’objectif de cette rencontre entre les structures de protection de l’enfance à base communautaire,

« c’est de les amener à capitaliser les données des activités qu’ils ont menées. Parce que depuis leur mise en place, nous n’avons pas organisé de rencontre entre elles. Je recommande aux participants d’êtres vigilants et disponibles pour la gestion des cas et la remontée des cas concernant les enfants victimes de VEDAN, les filles victimes de mariage forcé, de mariage précoce et de mutilations génitales féminines au niveau des structures compétentes », a indiqué Dame Fanta.

En sa qualité de facilitateur à cette rencontre, Mamady Mory Nabé est revenu sur les points débattus avec les participants.

« Après la confrontation des données qu’ on a reçues au niveau régional et préfectoral et les données qui sont au niveau de ces structures du SYPEG, on s’est rendus compte qu’il y a vraiment une harmonie parfaite. Du coup, on s’est rendus compte aussi que l’opérationalisation au niveau de ces structures du SYPEG est une réalité. Parce que ça nous a permis de capitaliser les bonnes données et ces données là peuvent nous servir non seulement auprès des partenaires techniques et financiers, mais aussi au niveau central. Dans cette rencontre, on a capitalisé les données sur les cas de violence, les cas d’exploitation, les cas de discrimination, abus et négligence, mais aussi les cas de violences basées sur le genre. Le budget de fonctionnement mis à notre disposition en lien avec les orientations du département, nous a permis de tenir aujourd’hui cette réunion trimestrielle avec la participation des structures communautaires de protection de l’enfant », a-t-il expliqué.

Sélectionné pour vous :  Réclamations du mouvement syndical guinéen : « Si on ne nous écoute, nous avons une arme qu’on…» (Aboubacar Soumah)

S’exprimant au nom des participants, Madame Simbiry Kourouma, cheffe du quartier Mosquée, a exprimé sa satisfaction:

« Je suis très ravie de la tenue de cette réunion parce que s’il s’agit des personnes vulnérables, c’est nous les femmes et les enfants, surtout nos filles à protéger. C’est pour moi un sentiment de courage d’aider les personnes vulnérables à connaître leurs droits et leurs devoirs dans le quartier. Je remercie la structure organisatrice de cette rencontre .

 

Faranah, Fanta Lancinet Keita pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...