Sélectionné pour vous :  Plainte contre Charles Wright : Sékou Koundouno demande aux Magistrats guinéens de se "réveiller"

Fonikè Mengué au Général Doumbouya : « La solution, c’est lorsqu’il décidera de mettre fin à sa volonté de confisquer le pouvoir »

La Guinée fait face à des crises sociopolitiques depuis l’arrivée des militaires au pouvoir en 2021. Cette crise, notamment celle sociale s’est accentuée ces derniers temps avec le manque du courant, le manque d’eau et la flambée des prix des denrées alimentaires sur le marché. Une situation qui ne laisse pas indifférents les acteurs sociopolitiques.

Pour Oumar Sylla alias Fonikè Mengué, coordinateur national du FNDC, le seul responsable de toute cette crise que vivent les Guinéens est le président de la transition, le Général Mamadi Doumbouya, qu’il accuse de vouloir s’éterniser au pouvoir.

« Je pense très sincèrement que le problème de notre pays, c’est lui. Le problème que connait cette transition, c’est lui. Et ce problème ce n’est rien d’autre que sa volonté de confisquer le pouvoir. Cette volonté de rester pendant longtemps au pouvoir est le principal problème que connait notre pays. Ce n’est pas en dissolvant un gouvernement et en remettant un autre en place qui sera la solution aux problèmes. La solution, c’est lorsqu’il décidera de mettre fin à sa volonté de confisquer le pouvoir », a dit l’activiste.

Dans son message, Fonikè Mengué rappelle au Chef de l’État qu’il a déjà des engagements vis-à-vis de la communauté internationale, notamment la CEDEAO de rendre le pouvoir aux civils à la fin de l’année 2024. Il invite le Général Mamadi Doumbouya à respecter sa parole.

« Il ne faut pas qu’il oublie qu’il a pris un engagement vis-à-vis de la CEDEAO pour dire que la transition finit fin décembre 2024. Il doit honorer sa parole puisque la parole d’un soldat est sacrée. Il doit le faire pour son propre bien. Mais il doit également le faire pour le peuple de Guinée mais également pour la démocratie guinéenne. Cette jeune démocratie a été chèrement acquise dans le sang de nos frères. Il doit sauvegarder cet acquis. J’espère qu’il comprendra ce message et qu’il l’intégrera », a lancé le coordinateur national du FNDC.

Sélectionné pour vous :  Journée Internationale de la liberté de la presse : plusieurs journalistes de Kindia sans contrat ni salaire

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...