Sélectionné pour vous :  L'armée au pouvoir en Guinée depuis 2 ans: "Le CNRD est en train de travailler et cela mérite d'être célébré le 5 septembre"

Guinée : Les forces sociales préoccupées par le niveau d’insécurité qui bat son plein dans certaines villes du pays

Ce derniers temps, la Guinée reste plongée dans une insécurité galopante, selon le constat fait par de nombreuses organisations de la société civile. Parmi elles, le forum des forces sociales de Guinée. En conférence de presse le weekend dernier, les membres de cette structure ont tenté de démontrer que cette situation s’explique par le manque de prise de responsabilités des autorités militaires.

Des attaques régulières à main armée en passant par la déclaration relative à la présence des terroristes en Guinée, sont entre autres des constats faits par le forum des forces sociales de Guinée. Selon ces acteurs de la société civile, il y a encore du chemin à faire sur le plan sécuritaire, de la justice et des droits de l’homme dans le pays.

« Sur le plan sécuritaire, de la justice et des droits de l’homme, il est à noter qu’en plus du fait que des personnes non déclarées ou non de façon officielle, ont perdu confiance en la CRIEF dans sa version actuelle, avec de longues détentions préventives et des poursuites visiblement sélectives et politiques, vivent dans un sentiment d’insécurité totale. Cette situation de psychose et de manque de confiance galopant dans la capacité des autorités de la transition à jouer leur rôle régalien s’explique par des attaques régulières à main armée des personnes dans le pays par des bandes organisées avec des pertes énormes de leurs avoirs. Des aveux d’impuissance de la part des autorités avec des évasions spectaculaires à répétition, accompagnés de paniques publiques et de graves violations des droits humains. C’est aussi le cas de déclarations sans assurance sécuritaire, comme la présence présumée des terroristes sur le sol guinéen et des injonctions de poursuites sur les réseaux sociaux pour des faits de trahison et de détention d’armes sans présenter des indices précis ou des éléments matériels », ont-il déclaré devant des journalistes à la maison de la presse de Conakry.

Sélectionné pour vous :  Kankan : la promotion de la langue maternelle au centre d’un point de presse

Cheick Fantamadi pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...