Sélectionné pour vous :  Le mouvement syndical prévoit-il d'aller en grève pour contraindre le gouvernement ? "Pour le moment, aucune grève n'est prévue" (Abdoulaye Camara de l'USTG)

Insécurité à Siguiri: le procureur fait le bilan des interpellations de bandits, opérées entre janvier et mai 

À la faveur d’un point de presse animé dans les locaux du palais de justice de Siguiri dans la soirée du lundi, 27 mai 2024, le procureur de la République près le tribunal de première instance de Siguiri a fait le point sur les dernières interpellations de présumés bandits dans sa juridiction.

Dans son allocution devant des hommes de médias, Ibrahima I Camara a donné des détails sur le cas des personnes interpellées entre janvier et mai, dans le cadre de la lutte contre le grand banditisme à Siguiri. A l’en croire, celles-ci ont été mises aux arrêts grâce à la collaboration des populations.

 » Je vous ai appelés aujourd’hui juste pour vous faire le point sur la situation par rapport à la criminalité dans la préfecture de Siguiri. Nous sommes venus ici à Siguiri le mois de janvier dernier. Du mois de janvier 2024 jusqu’au mois d’avril et mai, il y a eu des attaques. Pour ce faire, mon parquet, la police, la gendarmerie, les militaires, le service de sécurité dans son ensemble, nous sommes sortis, nous avons demandé aux citoyens de nous aider, de nous accompagner, de nous faire confiance afin de nous donner des informations. Ces informations nous ont permis d’interpeller plusieurs groupes qui operaient en haute Guinée, notamment à Siguiri. Donc à ce jour, nous pouvons vous dire que nous avons réussi à arrêter trois (3) grands groupes c’est-à-dire des jeunes, des malfaiteurs qui étaient organisés, qui étaient logés avec des PMAK, des munitions uniquement pour commettre des vols à main armée. 

Donc, le dernier groupe qui a été arrêté et parmi ceux qui ont été présentés à la population à kankan tout récemment, la plupart ont été interpellés ici à Siguiri. Celui qui gardait les armes a été interpellé à kintinian et c’est un natif de kintinian. Il s’apelle monsieur Oumar, alias Bongo. Il est connu à kintinian, il est né et grandi là-bas. C’est lui qui gardait les armes pour le groupe. C’est-à-dire quand ils veulent faire une opération, ils viennent louer l’arme avec lui et c’est bien lui qui transportait les armes pour les malfrats d’un point A à un point B. Et, vous lui payez ce que vous devez lui payer. Ce militaire qui a été interpellé était au camp du bataillon d’infanterie de Siguiri ici. C’est lui dans les temps, qui avait attaqué la maison centrale de Siguiri pour faire évader un prisonnier. Et ce dernier aussi a été interpellé. Donc, les présumés bandits interpellés après leur déclaration, ils reconnaissent que l’attaque qui a lieu chez Friki au quartier Kourouni, que c’est bien eux qui l’on fait. Ils reconnaissent aussi l’attaque qui a lieu à Setiguiya dans la station service de Moussa où 85 millions de francs guineens ont été emportés. Ils reconnaissent aussi avoir attaqué le nommé Malien, vendeur de pièces de machines concasseurs. Il y a eu bel et bien d’autres attaques mais nous sommes en train de rassembler des éléments pour faire des déclarations », a-t-il dit avant de continuer:

Sélectionné pour vous :  Décès de l'ex première Dame: "Notre société a-t-elle perdu son humanité ?" Souleymane Keita du RPG s'interroge (tribune)

« Pour finir, je demande à la population de Siguiri de continuer à nous faire confiance comme toujours afin de mettre des informations à notre disposition, en vue de nous faciliter les interpellations pour qu’ensemble, nous puissions mettre un terme au grand banditisme dans la préfecture de Siguiri », a déclaré le procureur ibrahima 1 Camara.

Siguiri, Mamadou koumana Diallo pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...