Sélectionné pour vous :  Procès des leaders du FNDC : « N'eut été leur appel, ces personnes qui m'ont agressé n'allaient pas sortir », acuse une partie civile

La Guinée quitte la catégorie des pays à revenu faible pour celle des pays à revenu intermédiaire: Ce qui a prévalu ce classement, selon le ministre de l’économie

Depuis ce mois de juillet 2023, la Guinée est passée de la catégorie des pays à revenu faible à la catégorie des pays à revenu intermédiaire, selon le classement de la Banque Mondiale. Elle rejoint ainsi certains pays de la sous région, notamment le Sénégal et la Côte d’Ivoire. Mais, qu’est ce qui a prévalu à ce classement ?

Selon le ministre de l’Économie et des Finances, cette classification de la Guinée a été rendue possible grâce aux réformes courageuses mises en place par le gouvernement du CNRD. Elle fait suite à la mise en place d’un certain nombre de mesures sur la gouvernance économique et budgétaire, dit-il.

« Des mesures liées notamment à la transparence budgétaire. Après le 05 septembre, il fallait faire un budget. On a mis en place un budget de refondation et de sincérité avec un accent particulier sur la partie investissement et la mobilisation des ressources. Les réformes mises en place en 2022, notamment au niveau de la mobilisation des ressources fiscales et dans ces ressources fiscales, on a ce qu’on appelle les recettes liquides. Et ces recettes liquides ont connu une évolution. En 2022, il y avait une prévision de 24 mille milliards et au mois de juin de la même année, on était à 11 mille milliards de recettes liquides recouvrées. Ce qui nous a permis de faire face au budget d’investissement qui a été exécuté à hauteur de 40 et quelques pour cent sur l’année 2022 », a-t-il laissé entendre.

Aux dires de Moussa Cissé, ces efforts majeurs d’investissement ont été essentiellement consacrés au niveau des routes. Chose qui a favorisé l’appréciation du franc guinéen par rapport aux devises étrangères.

« Depuis le 05 septembre, la Guinée a réalisé 2 mille 252 kilomètres de route, soit 845 kilomètres de route revêtue en bitume ou en béton et 1 407 kilomètres de routes en terre. Ces investissements massifs dans le domaine des infrastructures routières ont permis à la Guinée de connaître un bon qualitatif dans la mesure où le franc guinéen s’est apprécié. Et quand le franc guinéen s’apprécie, le service financier de la dette baisse et le niveau de consommation augmente », a-t-il martelé mercredi, 05 juillet 2023 sur Djoma Média.

Avant ce classement, la Guinée a été d’abord classée comme bon élève par le FMI après une évaluation concluante en fin 2022. Ce qui lui a permis d’accéder, selon le ministre, à un montant de 71 millions de dollars de cette institution monétaire. La même institution a procédé également à la mise à jour des données des perspectives économiques des pays de la sous région. La Guinée est arrivée dans le top 5 derrière le Nigeria, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Sénégal.

Sélectionné pour vous :  Fonikè Mengué parle du Col. Doumbouya : "Le système contre lequel il a déclaré la guerre le 5 septembre lui a finalement fait la "peau"

Au-delà du Fonds Monétaire International, la Guinée a aussi obtenu de très bons points dans le classement des pays à économie performante par la Banque Africaine de Développement (BAD), dit le ministre de l’économie et des finances.

« Cette performance se traduit aussi au niveau de la croissance. 5,5% en 2022 contre 4,9% en 2021. Un taux d’inflation de 10,1% en 2022 contre 12% en 2021. Et aujourd’hui, le même taux de croissance est estimé à 6,1% pour 2023 et on estime pour ce mois de juin avec un taux d’inflation de 6%. Ces données macroéconomiques qui sont des données d’un pays résilient malgré le contexte de crise, on ne peut pas dire que la Guinée n’est pas performante en matière économique. C’est ce qui nous a valu sortir de la catégorie des pays fragiles de la BAD », a dit le ministre Moussa Cissé.

Avec la sortie dans cette catégorie des pays à revenu faible, en devant un pays à revenu intermédiaire, dit le ministre, la Guinée pourra désormais bénéficier des accompagnements financiers majeurs des différentes institutions financières internationales.

« La Guinée peut accéder à des ressources plus consistantes des guichets de la BAD notamment pour faire des autoroutes à péage, faire des ponts à péage comme le Sénégal et la Côte d’Ivoire. Parce que si vous êtes dans la catégorie des pays à revenu faible, il y a des ressources auxquelles vous ne pouvez pas prétendre », a-t-il signalé.

A ce jour, informe le ministre de l’Économie et des Finances, des institutions financières internationales notamment de l’Angleterre et de la France se bousculent déjà à la porte de la Guinée à cause de l’appréciation de ses critères macroéconomiques pour d’éventuelles collaborations.

 

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...