Sélectionné pour vous :  Kankan : Ousmane M’bia, un des leaders de la manifestation contre le manque de courant arrêté à la radio Espace

Mamoudou Nagnalen: « Le fait que le prix du riz monte en Inde permet aux producteurs guinéens du riz de vendre plus facilement »

Depuis plusieurs mois maintenant, le marché guinéen connaît une hausse des prix des denrées de première nécessité, notamment le riz. Pour le cas du riz, le ministre guinéen de l’Agriculture et de l’Élevage récemment devant le parlement guinéen, avait lié la cause à la hausse du prix en Inde qui fournit le riz à plusieurs pays du monde. Contrairement à ce que beaucoup peuvent penser, Mamoudou Nagnalen Barry trouve ce cas indien comme un avantage pour les producteurs locaux d’écouler plus facilement leur riz.

A l’en croire, l’augmentation du prix du riz en Inde était le souhait des ministres de l’Agriculture de beaucoup de pays.

« Je pense que ces derniers jours, avec la hausse du prix du riz en Inde, les ministres de l’Agriculture dont moi-même, estimons être une bonne nouvelle. Parce que c’est le combat des ministres de l’Agriculture de plusieurs pays, avec les États-Unis étant le leader sur ça pour combattre la subvention du riz. Le fait que le prix du riz monte en Inde permet aux producteurs du riz guinéen de vendre plus facilement leur riz. Les gens sortent de plus en plus de la production du riz parce que c’est difficile de le vendre. Pour moi, ça rend le riz local plus compétitif parce qu’au moment où le riz importé augmente un peu le prix, le riz local va baisser le prix. Ça rend le riz plus compétitif », révèle Mamoudou Nagnalen Barry, qui dit être conscient que la production nationale ne peut pas contenir les besoins des consommateurs guinéens. C’est pour cette raison que le ministre guinéen de l’Agriculture estime qu’il faut augmenter la production nationale.

Sélectionné pour vous :  TPI Kankan : un enseignant de l'université Julius Nyerere condamné pour harcèlement sexuel sur une étudiante

« Nos productions ne nous nourrissent pas intégralement. Il faut rappeler que la Guinée importe maximum le 1/3 de sa consommation du riz. Donc, nos productions ne nous nourrissent pas intégralement. Le prix du local blanc et étuvé va baisser, parce que la production nationale du riz va augmenter », dit-il.

 

Ibrahima CAMARA pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...