Sélectionné pour vous :  Kindia: le Premier ministre annonce qu'il y aura au moins 30% de femmes dans le prochain gouvernement

Me Paul Yomba sur la destination inconnue de Claude Pivi : « Je prie qu’il ne revienne pas, je félicite son fils »

C’est une sortie tout au moins surprenante que vient de faire l’avocat de l’un des accusés dans le procès des évènements du 28 septembre 2009. Le 4 novembre dernier, un commando lourdement armé a réussi à exfiltrer de la maison centrale de Conakry, le capitaine Moussa Dadis Camara, les colonels Moussa Tiegboro Camara, Claude Pivi et Blaise Goumou. Alors que Claude Pivi reste toujours en cavale et que sa tête est mise à prix contre un montant de 500 millions de francs guinéens, Me Paul Yomba Kourouma a remué le couteau dans la plaie.

Sans passer par le dos de la cuillère, l’avocat « vedette » du commandant Aboubacar Sidiki Diakité alias Toumba a lâché : « S’il (Claude Pivi, ndlr) a pu sortir, moi je prie qu’il ne revienne pas. Si c’est son fils qui l’a fait sortir, je félicite cet enfant. Si les gens sont morts, la responsabilité sera amputée à ceux qui en sont les auteurs. Mais si le fils a pu sortir le père, je pourrai lui apporter mon soutien dans sa défense. Où étaient l’armée, la gendarmerie et la police ce jour ? Et comment les gens se sont-ils infiltrés ? Moi je vois l’action finale, pas la responsabilité de l’État. Je crois que ça lui permettra de remettre en ordre sa vision. Je salue le commando qui a mené l’opération en présence de l’armée, de la police et de la gendarmerie. Je reconnais les talents, les dons, les aptitudes de ce commando », a-t-il déclaré avant de poursuivre :

« Quand je vois les chars de combat qui n’ont pas pu empêcher ces gens-là d’y entrer, quand je vois que moi-même je garde ma voiture dehors pour entrer, quand je vois un groupuscule entrer, je le félicite. Ce n’est pas apatride ce que je dis, et que mes compatriotes me pardonnent. Mais s’ils ont pu accéder avec tout ce que je vois, tous les empêchements que j’ai eu, je me demande pourquoi on m’empêchait d’entrer (…) Voilà toute ma colère, ma nervosité contre nos institutions et contre les autorités qui ont été établies là-bas, c’est quand même décevant, ça étonne. Pivi n’a qu’à se défendre comme un loin dans le désert », a-t-il martelé au micro de nos confrères de West Africa TV.

Sélectionné pour vous :  Aliou Bah sur la mise en garde de la Guinée vis-à-vis de la CEDEAO : « La Guinée dont la situation est très différente des pays du Sahel, risque de se créer gratuitement des ennuis…»

 

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...