Sélectionné pour vous :  Salifou Camara s'interroge sur une des décisions du ministre du travail : "le ministre demande à tout le monde de se virer, on doit se demander pourquoi?"

Mamou : 70 cas de vi0l notifiés par l’inspection régionale de la promotion féminine et de l’enfance en 2023

En ce début d’année,  les présentations des bilans des activités réalisées courant l’année qui vient de s’achever, se multiplient dans les différents services publics et privés. A l’inspection régionale de la promotion féminine, de l’enfance et des personnes vulnérables de Mamou,  70 cas de viol ont été notifiés en 2023 dans toute la région. En tout cas, c’est ce qu’a laissé entendre l’Inspectrice Kadiatou Bailo Soumano. Un nombre drastiquement revu à la hausse, contrairement à l’année 2022 où seulement 17 cas ont été enregistrés.

« Courant 2023, nous avons eu à identifier 70 cas de viol dans la région administrative de Mamou répartis comme suit : préfecture de Mamou, 49. Préfecture de Dalaba, 21 et préfecture de Pita, zero cas. Comparativement à l’année 2022, nous avions eu à identifier 17 cas de viol dans la région administrative de Mamou », a-t-elle martelé avant d’évoquer les principales raisons de cette augmentation du nombre de victimes en 2023.

« Ça (cette augmentation) s’explique du fait qu’aujourd’hui à travers les sensibilisations et les accompagnements, les victimes sont en train de dénoncer les cas de viol dans la région administrative de Mamou. Sinon c’était des cas isolés et les gens n’acceptaient de dénoncer au niveau des services de sécurité ou bien à notre niveau. Mais vu que nous sommes en train de faire de la sensibilisation, les gens sont en train de venir vers nous afin de dénoncer », a ajouté Dame Kadiatou Bailo Soumano avant de continuer:

« Les difficultés que nous sommes entrain de rencontrer, c’est du fait que le plus souvent les victimes desistent à la dernière minute. Elles ( les victimes) disent vraiment d’arrêter la poursuite. Il y a eu des cas qui ont été déférés au niveau de la justice où il y a eu même des condamnations. Donc j’interpelle la population notamment les filles d’être vigilantes. Et quant aux bourreaux, je les invite d’arrêter vraiment ces cas de viol puisque leur peine minimale est de 5 ans », a-t-elle lancé.

Sélectionné pour vous :  Lancement de l'atelier préparatoire des examens nationaux : Il s'agit de tirer "les leçons des examens passés et..."

Par ailleurs, le phénomène de viol prend une proportion inquiétante dans la ville carrefour. Car selon les statistiques fournies par le parquet du tribunal de première instance de Mamou, plus de 100 procès verbaux ont  été enregistrés en 2023 dans cette juridiction.

 

Mamou, Saidou kourouma pour Siaminfo.com

Laisser une réponse
Share to...