Sélectionné pour vous :  Le camp d'Alseny Mabinty apporte un démenti à la déclaration de l'association dirigée par Laye Camara

N’zérékoré : plusieurs militaires condamnés à de lourdes peines par le tribunal de première instance 

Ouvertes le 27 décembre dernier,  les audiences criminelles militaires au tribunal de première instance de N’zérékoré connaissent leur épilogue. Plus d’une dizaine de militaires ont comparu. Et au terme des débats, il y a des condamnations mais aussi des acquittements.

C’est dans un tribunal de première instance de N’zérékoré entièrement rénové que les audiences criminelles militaires se sont déroulées avec la participation remarquée de l’auditoire composé de civils et militaires mais aussi des organisations de défense des droits de l’homme. Au terme des débats, la cour a pris ses décisions.

“Le tribunal,  en statuant publiquement contradictoirement en matière criminelle et en premier ressort après en avoir délibéré sur l’action publique déclare Sergent Chef Youssouf Camara, alias Tête de bœuf,  coupable des faits de vol à main armée qui sont reprochés. Pour la répression,  le condamne à trois ans d’emprisonnement.

Le tribunal statuant publiquement contradictoirement en matière criminelle et en premier ressort après en avoir délibéré sur l’action publique conformément à la loi renvoie le maréchal de logis chef Mohamed Kéïta, alias Philippe des chefs de coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Le déclare par contre, coupable du délit de détention illégale de guerre Ak47 à lui reprocher.  Pour la répression,  le condamne à deux ans d’emprisonnement.

Le tribunal en matière correctionnelle et en premier ressort après en avoir délibéré conformément à la loi requalifie les faits initialement qualifiés de désertion en délit d’insoumission. Sur l’action publique déclare l’adjudant Aboubacar Mariam Camara coupable des délits d’insoumission et de détention illégale d’arme. Pour la répression,  le condamne à un an d’emprisonnement dont 9 mois assortis de sursis.  Ordonne l’intégration de l’arme pistolet TT30au magasin d’armement de l’escadron de gendarmerie mobile numéro 13 de Guéckédou.

Sélectionné pour vous :  Couverture de l'électricité en Guinée : « le taux est passé de 46% à l'avènement du CNRD à 53% à date » (Ministre de l'énergie)

Le tribunal déclare le Sergent Chef Sadio Diallo, coupable de délit de vol, détention illégale d’arme de guerre et de drogue.  Pour la répression,  le condamne à deux ans d’emprisonnement, ordonne la restitution de l’arme Ak47 saisie au bataillon d’infanterie de Koundara, ordonne également la destruction de la quantité de chanvre indien saisie.

Le tout en application des articles 23 du code justice militaire,  4486, 491, 497, 544 alinéa 1 et 548 du code de procédure pénale,” telle est la décision du tribunal.

Dans le dernier dossier concernant les sept (7) militaires poursuivis pour complicité d’évasion,  le tribunal a renvoyé le ministère public à mieux se pourvoir.

Cette décision du tribunal de première instance de N’zérékoré à formation spéciale militaire est une satisfaction à la fois pour la défense et pour le ministère public.

“Tous les citoyens de notre pays sont égaux devant la loi. Voyez-vous ? Tous ceux qui ont comparu ici, sont des militaires, au nombre de 12 et le droit a été dit.” s’est félicitéColonel Daïlamine Sow, procureur militaire près le TPI de N’zérékoré.

Même son de cloche chez Maître Félix Mathos, avocat de la partie défense.

« Les décisions qui ont été prises,  c’est sans passion, sans parti pris et je suis très content. »

Ces audiences criminelles militaires de N’zérékoré sont la manifestation de l’égalité de tous les citoyens guinéens devant la loi surtout que c’est une première dans la région forestière.

N’zérékoré,  Lanceï Naboun pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...