Sélectionné pour vous :  Fonikè menguè après la décision du Tribunal : « C'est la victoire de la démocratie contre la dictature »

Kindia: le district de Bendougou peuplé de 2842 habitants, est sans poste de santé, ni centre de santé

Plusieurs districts de Kindia souffrent d’un manque d’infrastructures de base notamment de structures sanitaires. C’est le cas du district de Bendougou, qui a une population de 2842 mais sans poste de santé, ni centre de santé. Avec cette démographie galopante dont la plupart sont des enfants et femmes, les habitants de cette localité disent rencontrer assez de difficultés pour se faire soigner dans de meilleures conditions.

Trouvé chez lui sous perfusion, le président de district dit avoir déplacé un infirmier de Kindia centre pour le traiter au village. D’ailleurs, il dit avoir mal pour ses concitoyens qui n’ont pas cette possibilité de se faire soigner.

« C’est vraiment un calvaire pour nous de rester avec toute cette population sans structure sanitaire. Pour se faire soigner, nous sommes obligés de partir en ville. Généralement, quand nos citoyens tombent malade, ils se font soigner au centre de santé de Wondima, en ville. Mais cela n’est pas avantageux pour nous parce que les frais de transport aller-retour pourraient combler certains vides.

Comme vous voyez, je suis sous une perfusion et il a fallu que je déplace un infirmier de Kindia pour ici pour me traiter. Pendant la saison des pluies, les gens tombent souvent malade mais si on n’a pas les moyens, ce n’est pas facile. Donc, nous demandons l’aide des autorités à tous les niveaux pour nous aider à avoir des structures sanitaires à Bendougou », a-t-il lancé.

Interrogé à ce sujet par notre correspondant, Docteur Boubacar Moumini Diallo, directeur préfectoral de la Santé de Kindia a apporté des précisions sur ce manque d’infrastructures.

« Pendant le lancement des soins de santé primaire, les centres de santé étaient érigés dans les chefs-lieux des sous-préfectures. Kindia a effectivement 15 centres de santé et 94 postes de santé. Donc pour le choix d’un poste de santé, il y a deux modalités: soit c’est l’Etat qui construit, soit c’est les ressortissants et sympathisants qui construisent leur poste de santé. C’est dans ce cadre que nous avons 94 postes de santé à Kindia.

Sélectionné pour vous :  Fonikè menguè après la décision du Tribunal : « C'est la victoire de la démocratie contre la dictature »

Selon la politique sanitaire du ministère de la Santé, chaque district doit avoir son poste de santé. Mais s’il n’y a pas un entrepreneur qui est là ou un financement obtenu par l’État, c’est pas facile. Et si la population elle aussi ne se bat pas pour obtenir son poste de santé, ça ne sera pas facile », a-t-il martelé avant de renchérir.

« On a des relais communautaires qui sont supervisés par les agents de santé communautaires. Ces agents de santé font 80% de leur temps avec les relais communautaires dans les villages. Qu’il y ait poste de santé ou pas, ces relais communautaires sont là pour faire une distribution communautaire des médicaments gratuits tels que les médicaments anti paludisme, les médicaments pour les infections respiratoires et la lutte contre la diarrhée. Mais, ce n’est pas évident que tous les districts aient des postes de santé mais chaque district a des relais communautaires et des agents de santé communautaire », dit-il en laissant entendre:

« Il faut que les responsables de ces localités rencontrent les autorités locales notamment le maire et le préfet pour exprimer leur besoin parce que dans le cadre de l’appui de l’État, il y a l’Anafic qui prend en charge la construction des écoles et des postes de santé. Donc, il faut rencontrer ces autorités qui a leur tour, pourront prendre leurs responsabilités pour construire ces postes de santé ».

 

Kindia, Sam Diallo pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...