Sélectionné pour vous :  A la barre, Damaro Camara explique : « Comment les 15 milliards de francs guinéens ont été utilisés ? »

Siguiri: bras de fer entre la population de Kiko Karakoro et des pêcheurs traditionnels autour d’un barbotage

Depuis plus de deux semaines, plus rien ne va entre la population de Kiko Karakoro et les pêcheurs traditionnels appelés Somonos de Baladou et Djelibakoro autour d’un barbotage. Selon nos informations, la population de Kiko Karakoro aurait interdit l’accès aux femmes Somonos dans le cadre du barbotage, afin de donner du temps aux poissons de se reproduire. Cette interdiction d’accès aux femmes Somonos aurait attisé la colère des époux de ces dernières qui à leur tour, auraient pris des dispositions contre toute la population de Kiko Karakoro.

À en croire les témoignages de Mamoudou Keita, l’un des citoyens de Kiko karakoro, les Somonos auraient décidé à l’unanimité de refuser de faire traverser le fleuve dans leurs pirogues pendant cette saison des pluies, alors que le fleuve Niger ne fait que se remplir. Une situation qui a d’ailleurs plongé Kiko Karakoro dans une crise totale car leur transaction avec les autres localités a été complètement bloquée car la traversée du fleuve Niger pendant ce temps-ci est impossible sans la pirogue.

« Nous sommes aujourd’hui confrontés à un sérieux problème qui fait que nous avons vraiment du mal à dormir et à faire nos activités commerciales. Depuis que nous avons interdit l’accès aux femmes Somonos de barboter notre marre, leurs époux respectifs ont décidé de ne plus nous faire traverser sur le fleuve dans leurs pirogues pourtant, nous avons interdit pendant ce temps-là le barbotage de notre marre afin de donner du temps aux poissons de se reproduire. Ce qui est d’ailleurs normal dans l’intérêt de tous. Donc, ça fait pratiquement deux semaines comme ça qu’ils nous ont lancé cette hostilité au vu et au su des autorités locales et préfectorales », a-t-il martelé.

Sélectionné pour vous :  Transition : La MAOG met le pied dans le plat du CNRD et dénonce le non-respect de certains engagements

De leur côté, les principaux concernés ne comptent pas revenir sur leur décision tant qu’on ne laisse pas leurs épouses barboter cette marre.

« Nous avons décidé à l’unanimité de refuser de faire traverser sur le fleuve les citoyens de Kiko Karakoro tant qu’ils ne laissent pas nos femmes barboter leur marre. Notre décision reste irrévocable tant qu’on ne nous laisse pas faire le barbotage de leur marre car c’est dans ça qu’on se nourrit nous aussi comme le dit un adage le mal se paie par le mal et le bien par le bien », a laissé entendre le porte-parole des Somonos de ces deux localités.

Pour l’heure les autorités locales et préfectorales font la sourde oreille et cette crise est loin de connaître son épilogue.

 

 

Depuis Siguiri Mamadou Koumana Diallo pour Siaminfos.com.

Laisser une réponse
Share to...