Sélectionné pour vous :  N'zérékoré/Village faim zéro de Nien : Une mission du Programme Alimentaire mondial donne le coup d'envoi de la troisième récolte

Boké: les enseignants contractuels mettent leur menace à exécution et boudent carrément les salles de classe

Pour mettre leur menace à exécution, les enseignants contractuels communaux de la région de Boké eux aussi ont décidé de rester à la maison. Alors que l’école guinéenne a rouvert ses portes depuis mardi, 3 octobre 2023, ces contractuels réclament le paiement de neuf mois d’arriérés de salaire et de primes d’incitation.

Selon le coordinateur régional des enseignants contractuel de Boké, « tout le monde sans exception a décidé conformément à notre convention de rester à la maison jusqu’à ce que le gouvernement respecte son engagement qu’il avait pris l’année dernière. J’ai échangé avec l’ensemble de nos responsables dans les chefs-lieux des préfectures de la région de Boké, personne n’est parti à l’école pour enseigner depuis le jour de l’ouverture des classes. Et il restera ainsi tant que votre demande ne sera pas satisfaite», a dit Abdoul kadhim Soumah.

Dans les différents établissements de Boké, le constat est alarmant. Aucun enseignant contractuel communal n’est présent. Une situation qui continue d’impacter les cours pour les élèves et surtout ceux qui évoluent dans les classes d’examens. Pourtant, le coordinateur régional se dit bien conscient de cet état de fait.

« Nous savons pertinemment que cela a des répercussions sur leur avenir mais nous ne pouvons pas. C’est le gouvernement qui ne se soucie pas du devenir des futurs cadres du pays, puisqu’ils ont tous leurs enfants ailleurs dans les grandes écoles. Sinon aujourd’hui, pour combler le déficit, inutile de vous rappeler que l’Etat a besoin de 20 000 enseignants en République de Guinée. Et pourquoi ne pas régler cette question une bonne fois et qu’on en finisse », dénonce Abdoul Kadhim Soumah.

Sélectionné pour vous :  Guinée : des ministres, DG, DAF, entreprises minières et des BTP cités dans des dossiers de corruption, détournement...

Sur la question de savoir jusqu’où ils sont prêts à aller pour obtenir gain de cause, notre interlocuteur se montre clair.

« Si nous ne recevons pas une bonne nouvelle d’ici la fin de la semaine, dès lundi prochain nous allons passer à la vitesse supérieure en déclenchant des manifestations dans tout le pays. Nous restons en alerte, en attendant que notre syndicat nous donne de nouvelles orientations », menace l’enseignant.

Dans la région de Boké, ce sont (1000) et quelques enseignants évoluant dans le primaire et le secondaire qui sont concernés par cette grève.

 

Boké, Bailo Bah pour Siaminfos.com.

Laisser une réponse
Share to...