Sélectionné pour vous :  Évasion à la maison centrale : le Procureur général ordonne la poursuite du Capitaine Dadis, des Colonels Moussa Thiegboro, Claude Pivi et Blaise Goumou

Un haut responsable des Nations-Unies amoureux du discours de Doumbouya à l’ONU : « Je pense qu’il faudra l’enseigner dans les écoles de diplomatie »

Le discours « engagé » et panafricaniste ténu par le président de la transition guinéenne, le colonel Mamadi Doumbouya à la tribune des Nations Unies à l’occasion du 78ème Sommet de l’institution ne finit pas de parler de lui. En mission officielle de l’instance en Guinée, le sous-secrétaire général et coordonnateur spécial des Nations Unies pour le développement au Sahel ne manque pas de mots pour qualifier ce discours.

Pour Abdoulaye Mar Dieye, ce discours doit inspirer les dirigeants et intellectuels africains sur le devenir du continent.

« Ce discours définit l’orientation que nous devons tous avoir pour résoudre les problèmes de la région. Moi j’ai trouvé que c’était un discours brillant qui explique ce qui se passe, le fait que le contrat social n’a pas été respecté par ceux qui étaient au pouvoir et que cette prise du pouvoir est une des réponses pour trouver une voie qui reconnaît l’importance de la population et la nécessité de satisfaire les besoins de la population. Le discours, je pense qu’il faudra l’enseigner au niveau des écoles de diplomatie. Si on lit ce discours, je pense qu’on a les éléments fondamentaux de la notion de la géopolitique qui est un peu en désordre », a dit le diplomate sénégalais.

Le sous-secrétaire général et coordonnateur spécial des Nations Unies pour le développement au Sahel espère que ce discours qui, selon lui, donne des orientations dans la résolution des crises qui minent le continent servira de tremplin pour les autres pays africains afin d’amorcer le développement du continent.

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Sélectionné pour vous :  Fête de l'armée guinéenne : le diagnostic de Kaly Diallo, activiste des droits de l'homme sur les 65 ans
Laisser une réponse
Share to...