Sélectionné pour vous :  Labé : 181 malades ont été pris en charge par le Fonds de Développement Social et de l'Indigence

Réchauffement climatique à Boké: cette importante alerte du directeur préfectoral de la météo sur les dangers qui guettent la ville

Entre tarissement des cours d’eau, carbonisation, déboisement et les activités minières, l’environnement de la préfecture de Boké est plus que jamais menacé, selon le directeur préfectoral de la météo, interrogé par notre correspondant régional.

D’entrée, Abou Bamba a rappelé que toutes les observations à l’échelle mondiale confirment une accélération des températures. Décrivant une situation dramatique, le météorologue revient sur les principales causes.

« On assiste aujourd’hui à une hausse de la température alors que la saison sèche s’annonce à grand pas dans la préfecture de Boké. Les causes de cette situation restent, les activités anthropiques et minières, la surpopulation, mais aussi la pollution par les déchets toxiques. L’heure est donc grave », prévient le météorologue.

Pourtant, cette dégradation de l’environnement est à la base de plusieurs maladies faisant des ravages au sein de la population, poursuit le directeur préfectoral de la météo de Boké.

« Quand vous allez dans les structures sanitaires ou bien vous parlez avec les gens, tout le monde souffre de méningite, les maux de tête causés par la forte température. Il y a aussi les maladies respiratoires. Et ce sont des maladies graves qui tuent à petit feu en ce moment même dans la ville », renchérit notre interlocuteur.

Alors que la saison pluvieuse touche à sa fin, de nombreux citoyens se plaignent de la chaleur extrême qui frappe actuellement la ville minière de Boké. Face à cette élévation de la température le spécialiste conseille: « Actuellement comme c’est la fin de la saison hivernale, le thermomètre peut afficher parfois 38 degré, voire plus. Ça dépend des jours avec le soleil. Et tout le monde se plaint de cette élévation en continu de la chaleur. Imaginez la suite avec l’arrivée imminente de la saison sèche. C’est pourquoi j’invite le gouvernement à intensifier les campagnes de reboisement. Mais aussi sensibiliser les populations sur ce phénomène qui ne laisse personne », dit-t-il.

Sélectionné pour vous :  Réduction du nombre de passagers dans les tricycles : ce qu'en disent des citoyens de Conakry

Si des mesures concertées ne sont pas prises pour faire face à cette situation préoccupante, il sera difficile pour les habitants de la préfecture de Boké de vivre dans ces conditions d’extrême chaleur, conclut Abou Bamba.

 

Boké, Bailo Bah pour Siaminfos.com.

Laisser une réponse
Share to...